ActusEtudesMa préventionSecours MagSecours Mag en ligneWeb

Résilience : sommes-nous prêts ?

Dans un contexte de crises multiples, complexes et parfois imprévisibles, la Croix-Rouge française publie un rapport inédit intitulé “Crises : sommes-nous en capacité de les affronter ?” Réalisé avec le soutien du Centre de recherche pour l’observation et les conditions de vie (Crédoc) et basé sur 43 indicateurs, ce rapport dresse un état des lieux de la résilience en France. Objectif ? Evaluer chaque année les progrès et les axes d’amélioration de la société toute entière afin de mieux orienter les décisions et les actions, collectives et individuelles, à mettre en oeuvre pour construire une société plus résiliente.

Les crises ne manquent pas. Covid-19, guerre en Ukraine, dérèglement climatique… Les événements extrêmes s’amplifient et se multiplient. En première ligne, la Croix-Rouge française a souhaité dresser un état des lieux de la résilience de la société française et répondre à ces questions :

–> comment faire face à des crises qui se multiplient ?

–> Comment les prévenir, les gérer et surtout s’y préparer ?

Quels enseignements ?

Principal enseignement du rapport : notre pays n’est pas prêt.

Le constat est sans appel : l’analyse des indicateurs montre une dégradation de la capacité de résilience de la société française au cours des décennies 2000 et 2010, à laquelle s’ajoutent les stigmates de la période pandémique récente. Les risques de crise (collectives et individuelles) se multiplient et les mécanismes de protection s’érodent.
Trois indicateurs clés mettent en évidence cette tendance.
● Des risques en augmentation en regard d’un niveau de préparation insuffisant : les événements naturels touchant le territoire français ont progressé de 24 % en moyenne entre 2010 et 2022. Dans le monde, le nombre de victimes de conflits armés entre 2011-2020 a été multiplié par 3 par rapport à 2001-2010.
● Une société qui offre un peu moins de protection : depuis 2014, le délai moyen d’intervention des secours augmente régulièrement, passant de 12 minutes et 30 secondes à 14 minutes et 49 secondes en 2021 ; et le temps moyen d’intervention par département va de 20 minutes en Haute-Garonne à seulement 8 minutes dans le Nord. Pourtant, seul 1 français sur 10 a une très bonne connaissance des gestes qui sauvent.

● Une cohésion fragile : les Français sont de plus en plus démunis et en difficulté pour faire face à une dépense imprévue de 2 000 euros. Et ils sont de moins en moins disposés à demander une aide à leur famille proche.

Quelles solutions ?

“ Face aux crises, qui exacerbent les inégalités et sont amenées à se multiplier, nous sommes potentiellement tous vulnérables. Celles que nous avons récemment traversées nous l’ont cruellement rappelé. Mais ce rapport suggère aussi que notre résilience collective est à portée de main. Il nous appartient désormais
d’accélérer notre préparation afin de répondre, par l’action, à l’anxiété légitime de nos concitoyens. La préparation aux crises est l’affaire de tous ”, affirme Philippe Da Costa, président de la Croix-Rouge française.

Selon l’étude menée par la Croix-Rouge et le Crédoc, la capacité de résilience s’évalue telle une équation mathématique : le rapport d’une part, entre l’exposition aux risques (leur nombre, leur intensité, la probabilité qu’ils surviennent prochainement, etc) et d’autre part la capacité de :

  • préparation en amont pour éviter leur survenue (prévention) et en réduire les impacts,
  • protection en aval pour limiter pour leurs effets,
  • cohésion sociale indispensable pour la réussite de chaque étape.

Parmi les points positifs, certains indicateurs du rapport montrent une amélioration globale : meilleure qualité de l’air, engagement plus fort des jeunes générations, plus de jeunes en emploi ou en formation… Pour renforcer à l’avenir la résilience dans son ensemble, il est nécessaire de s’appuyer sur le collectif, de renforcer le lien social, et surtout de se préparer en amont des crises pour construire une société plus forte, plus sûre.

Pour la Croix-Rouge française, cela passe notamment par des journées d’exercice et de préparation, la formation de 80 % de la population aux premiers secours et aux comportements qui sauvent, mais aussi par un engagement sociétal facilité tout au long de la vie. Enfin, quatre enjeux sont prioritaires pour construire la résilience collective : mieux accueillir les plus vulnérables, mieux loger, mieux nourrir et mieux soigner.

L’étude n’est pas figée, elle sera amenée à être affinée et enrichie chaque année.

Un premier temps d’échanges et de débats sur les principaux enseignements de ce rapport aura lieu lors du prochain Campus des solutions, programmé le 27 juin à 18 heures au campus Croix-Rouge autour de Claire Hédon, Défenseure des droits, Eric Chenut, Président de la Mutualité Française, Sandra Hoibian, Directrice générale du Crédoc, le Général Bruno Foussard pour l’état-major des armées, et Philippe Da Costa, président de la Croix-Rouge française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X