Secouriste Magazine n°10 est disponible

Le numéro 10 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, Web, courrier des lecteurs

Reportage :

  • CATA 2012 : crash d’un boeing 747

Pour ou contre :

  • La présence de la famille lors de la réanimation

Interview :

  • Bruno Thomas-Lamotte, secrétaire général d’ARLoD

PROFESSION SECOURISTE

Une garde avec… :

  • Les sapeurs-pompiers de Morteau

Secouristes du monde :

  • San Francisco : la richesse au service du secours

Portrait :

  • Jean-Pierre Bernardie, président de l’UNASS de Dordogne

Formation :

  • PIC/PSE : le détail de la réforme

Focus :

  • RéAC : un registre pour l’arrêt cardiaque

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Poser le défibrillateur

Au-delà du référentiel :

  • Gasps : un piège ?, par le Dr Pascal Cassan

Chef d’équipe :

  • Transmission du bilan et surveillance

Juridique :

  • Du flou dans les délais d’intervention, par maître Georges Lacoeuilhe

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de premiers secours

Dossier :

  • Défibrillateurs : de l’énergie à revendre

Zoom :

  • PSE : le véhicule deux en un
  • Le label Origine France garantie

Abonnement

Petites annonces / Carnets d’adresses / Bonus web

Éditorial

Autonomie et reconnassance

Adieu « répétiteurs » et « formatateurs »… Avec la vaste réforme adoptée cet été (lire notre article page 22), la direction de la Sécurité civile entend tirer un trait sur le secourisme normé à la virgule près. Changement de philosophie, désormais l’Etat se contentera d’éditer des référentiels techniques réduits à leur portion congrue : le consensus scientifique sur les gestes et procédures.

La pédagogie est remise entre les mains des organismes de formation pour qui le compte à rebours a d’ores et déjà commencé. Ceux-ci sont en effet sommés de remettre pour validation, dans les six mois, leur propre référentiel interne. Cette autonomie sera sans doute une source de grande satisfaction pour les formateurs désormais autorisés à innover (dans la limite de leur référentiel interne). Revers de la médaille : cette nouvelle adaptation engendre une charge de travail considérable qui risque d’handicaper les plus petites structures aux moyens limités.

La question de la qualité des formations est également sur toutes les lèvres. La Sécurité civile ne cache pas son ambition de développer une large filière au-delà du simple secourisme.

Une occasion pour chaque structure d’emploi de renforcer son identité en développant ses propres spécialités et modes opératoires. Des savoir-faire qui pourront désormais bénéficier d’une reconnaissance étatique, voire d’un véritable diplôme.

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X