Bilan des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie

Emmanuel Macron s’est exprimé en clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie ce mardi 28 septembre 2021. Organisées par le ministère de la Santé, l’objectif est de pouvoir faire un état de lieux de la santé mentale de la population française et de son accompagnement.

C’était une promesse d’Emmanuel Macron. Annoncées dès janvier 2020, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie avaient été reportées pour cause de Covid aux 27 et 28 septembre 2021. Les annonces du président de la République sont très attendues par les professionnels d’un secteur exténué par la crise sanitaire.

La pandémie de Covid-19 a jeté une lumière accrue sur la fragilité des prises en charge et la dégradation globale de la santé mentale. Plus de 12 millions de Français souffrent actuellement de problèmes psychiques d’après une enquête de Santé publique France. Selon un sondage CSA pour l’Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques), seulement un tiers des personnes déprimées sont suivies par un professionnel, soit par manque d’opportunités de soin, de moyens, ou encore par difficulté à accepter de se faire aider.

Dans une tribune publiée par Le Parisien, 187 signataires dont 90 psychiatres ont dénoncé l’omission, lors de ces assises, de « certaines pratiques honteuses » de la psychiatrie comme l’inflation des contentions physiques et des isolements psychiatriques.

« La pandémie a révélé l’importance du sujet de la santé mentale, a déclaré Emmanuel Macron en clôture des assises. Pendant longtemps les moyens mis n’ont pas été à la hauteur ». Pour répondre à la forte demande de soins, à partir de 2022, les psychologues seront remboursés par la Sécurité sociale sur prescription médicale dès l’âge de 3 ans, a annoncé le président de la République. Ces remboursements se feront à hauteur de 40 € pour la première consultation et 30 € pour les suivantes. Testé actuellement dans quatre départements, le remboursement était réclamé par la profession. Un entretien systématique autour de la cinquième semaine après l’accouchement sera instauré pour repérer les dépressions post-partum qui toucheraient entre 15 et 30 % des mères selon le secrétaire d’Etat à l’Enfance, Adrien Taquet.

Emmanuel Macron a également promis la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques. Ces renforts doivent permettre de « réduire au maximum les délais d’attente » dans ces structures, qui sont parfois « supérieurs à 18 mois dans les territoires les plus en tension ». Un autre effort budgétaire sera fait en matière de recherche, avec une enveloppe de 80 millions d’euros « dédiée à la santé mentale » dans le cadre du quatrième programme d’investissements d’avenir (PIA4).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X