ActusSecours MagSecours Mag en ligneWeb

Les sapeurs-pompiers en grève dans toute la France

Jeudi 16 mai 2024 les pompiers ont été appelés à la grève partout en France. Ils réclament davantage de moyens et une meilleure protection de leur santé au travail. Une manifestation est prévue à Paris (75), avec des pompiers venus de plusieurs régions.

“On se sent clairement abandonnés par l’État”, déplore Adrien Pedel, président du syndicat autonome de Haute-Savoie (74), au micro de France Bleu Pays de Savoie. Yann Perino, pompier professionnel à Chambéry et vice-président du syndicat SNSPP-PATS en Savoie, dénonce aussi le manque de moyens et de rémunérations. “C’est bien beau quand un pompier décède d’avoir des grands discours de l’État, des grandes larmes et des drapeaux qui sortent de partout, sauf qu’il faut se poser les vraies questions à un moment donné, pas que les pouvoirs publics se manifestent que lorsqu’il y a un drame”.

Les soldats du feu se mobilisent aussi pour une meilleure prise en compte des risques pour leur santé. Ils s’inquiètent notamment de leur exposition aux alkyls perfluorés et polyfluorés (PFAS), les polluants éternels, dont certains ont des effets cancérogènes avérés. “Les imperméabilisants qu’on utilise pour protéger nos tenues incendies contiennent des PFAS, les émulseurs qui servent à faire la mousse des extincteurs possèdent des PFAS. On est confrontés beaucoup plus que d’autres types de population à ces polluants”, a déclaré au micro de Franceinfo Jean-Baptiste Auger, pompier à Châteauroux (36) et représentant de la CGT. A ce jour il n’existe pas d’alternative aux PFAS, plébiscités pour leur forte capacité de résistance à la chaleur. Pour le moment, aucune étude existante ne permet d’établir de lien entre des cancers développés par certains pompiers et ces PFAS. Pour le vérifier, Jean-Baptiste Auger demande à ce que chaque pompier soit testé. 

Les pompiers réclament également un meilleur financement de l’Etat pour les SDIS. Charly Hollard, pompier professionnel à Ramonville (31), en Haute-Garonne, et membre de la CGT, “demande que l’État s’implique dans le recrutement des sapeurs-pompiers professionnels, en aidant les départements avec des budgets fléchés pour des embauches massives”. Pour lui, le manque de moyens commence à avoir des conséquences sur le travail et la mission des pompiers. “On a des véhicules qui sont tout neufs, mais on a personne à mettre dedans”, déplore-t-il.

A l’approche des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de juillet 2024, le climat semble tendu pour les professionnels du secours, plus que jamais réquisitionnés. Pour l’heure, le gouvernement ne s’est pas encore exprimé sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X