ActusSecours MagSecours Mag en ligneWeb

JOP 2024, le préfet de police entendu au Sénat

Jeudi 30 novembre 2023 avait lieu l’audition au Sénat du préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, dans le cadre de la mission d’information concernant les jeux olympiques et paralympiques de 2024. M. Nunez a clarifié certains points concernant les périmètres et autorisations de circulation dans les lieux concernés.

Laurent Nuñez a débuté son audition sénatoriale en abordant la question des périmètres de sécurité dans Paris et l’agglomération parisienne au moment des Jeux. Quatre périmètres ont été identifiés :

  • Un périmètre organisateur qui concerne les sites de compétition comme le Trocadéro ;
  • Un périmètre de protection dans le cadre de l’application de la loi antiterroriste de 2017 avec un contrôle et des fouilles à l’entrée de la zone. Lors de la cérémonie d’ouverture, ce périmètre sera étendu et mis en place quelques jours avant ;
  • Un périmètre dit « d’interdiction de circulation », qui concerne uniquement les véhicules motorisés. Des dérogations seront prévues pour les résidents, commerçants, les taxis… « pour que les gens vivent normalement ». Les mesures d’exception ne sont pas encore totalement définies et « pourront être étendues » a estimé le préfet ;
  • Un périmètre dit de « circulation » qui vise à éviter la circulation de passage. Les véhicules motorisés sont libres de circuler hormis lorsqu’ils sont « en transit ».

Ces quatre périmètres et leur délimitation sont consultables sur le site de la préfecture de police de Paris.

Un QR code pour accéder aux zones sécurisées ?

Le préfet de police de Paris a assuré avoir été « mal compris » par certains médias à propos de la mise en place d’un QR code pour accéder à certains sites de Paris. Le sujet est encore en cours de discussion mais il semblerait que cette solution sur smartphone soit, pour l’heure, privilégiée. Pour les périmètres identifiés en zone « rouge » sur la carte, Laurent Nuñez a estimé « plus simple » que les personnes ayant des dérogations puissent s’enregistrer en amont des Jeux. Une fois l’inscription faite, un justificatif numérique sera fourni, un moyen de faciliter le travail de la police lors des contrôles et de fluidifier le trafic. C’est la police qui sera chargée de vérifier et d’octroyer ou non un justificatif aux demandeurs.

Pour la sénatrice de Paris, Marie-Pierre de la Gontrie, l’organisation d’un événement de cette ampleur présente de nombreuses difficultés et les mesures de sécurité envisagées ne sont pas de trop. « Chacun a pris conscience de manière brutale ce qu’était l’organisation des JOP dans une ville. Les dispositifs de contrôle sont justifiés, attendus et nécessaires. »

« Nous ne sommes pas en état d’urgence »

Autre point sur lequel le préfet de police a insisté : les mesures de sécurité prévues pour les Jeux à venir ne diffèrent en rien de celles prises lors de grands événements, comme la coupe du monde de rugby ou l’euro de football. « Le cadre juridique existe. Nous n’avons pas besoin de rédiger un nouvel arrêté préfectoral. Nous ne sommes pas en état d’urgence », a martelé Laurent Nuñez. Une différence persiste cependant. Les Jeux olympiques et paralympiques à venir s’étendent sur une période plus longue que les événements précédemment mentionnés. Le préfet de police de Paris a annoncé que 30 000 gendarmes seraient ainsi mobilisés durant la période des Jeux et « 45 000 pour la cérémonie d’ouverture ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
X