La Protection Civile en renfort au CHU de Bordeaux

La Protection Civile de Gironde a été mobilisée à partir du mardi 1er février à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. En cause : un afflux massif de patients aux urgences créant une situation inédite de fréquentation.

Une collaboration face à une fréquentation inédite. Entre les hospitalisations pour Covid-19 qui continuent d’augmenter et un manque de lits dans les établissements hospitaliers de la Gironde, le CHU de Bordeaux a été contraint d’ouvrir mardi 1er février au soir deux postes médicaux avancés (PMA) . Les deux tentes ont accueilli les patients se présentant aux urgences afin de les orienter. Le dispositif a mobilisé 16 intervenants-secouristes pendant 24 heures. La CGT du CHU du Pellegrin s’est exprimée sur Twitter pour signaler les situations de burnout auquel est confronté le personnel de l’hôpital dû à cette « situation critique ». « Faute de places d’hospitalisation la direction a fait installer cette nuit dans le hall d’entrée des urgences une tente destinée à la médecine de catastrophe. »

Une mobilisation pour un hôpital « au bord de la rupture » ?

Une cellule de crise exceptionnelle a acté mardi la mise en place de ce dispositif, renouvelable par tranche de 24 heures. La Protection civile de la Gironde a été sollicitée pour la mise en place de ces tentes médicalisées. Le syndicat Sud Santé Sociaux du CHU Pellegrin dénonce « un manque de lits et de personnels dans le deuxième CHU de France », et face à ce recours à des tentes et aux secouristes de la Protection civile, s’inquiète d’un hôpital « au bord de la rupture. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
X