Plan blanc à l’hôpital de Mulhouse

Le plan blanc a été déclenché mardi 21 septembre à l’hôpital de Mulhouse. En cause : le manque de personnel. Une situation maîtrisée selon la direction qui appelle tout de même les patients à se rendre aux urgences qu’en cas de nécessité absolue.

Une situation tendue. Le plan blanc a été déclenché le mardi 21 septembre à l’hôpital de Mulhouse et au groupe hospitalier Mulhouse sud Alsace (GHRMSA). Le groupe a expliqué dans un communiqué faire face à « une situation critique marquée par la poursuite de la gestion de la crise sanitaire, le besoin en renforts de ressources humaines, la réduction du nombre de lits liée à un absentéisme conséquent ».

Une situation de crise pour faire face à la suspension du personnel non vacciné, les arrêts maladie et les postes vacants non remplacés. Sur les 6 000 salariés de l’établissement, 174 ont été suspendus car ils n’étaient pas vaccinés (66 infirmières, 40 aides soignantes, 19 secrétaires et 1 médecin). Face à une surcharge de travail, l’établissement a annoncé activer le plan blanc. Les opérations non urgentes vont être déprogrammées et du renfort de personnel va être sollicité.

Ce lundi 27 septembre, l’avocat André Chamy, spécialisé en droit du travail, annonce qu’il va engager une procédure en référé contre l’Etat qui a imposé l’obligation vaccinale à la demande de 400 soignants suspendus de leur activité professionnelle devant le tribunal judiciaire de Mulhouse (68). Il s’agit pour la plupart de professionnels du soin ou de personnels administratifs travaillant dans des établissements hospitaliers. La moitié des dossiers concerne la région de Mulhouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X