Secouriste Magazine n°13 est disponible

Le numéro 13 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, web, courrier des lecteurs
  • Un an de sondages avec Secouristemagazine.com

Enquête :

  • Alerte aux populations : le conflit des sirènes

Pour ou contre :

  • La sirène américaine

Interview :

  • Luc de Laforcade, président délégué de la CNSA

PROFESSION SECOURISTE

Une garde avec…

  • Assistance Ambulances, Nantes (44)

Secouristes du monde :

  • Malaisie : un système sous-exploité

Portrait :

  • Sandrine Pinchard, ambulancière à Paris

Focus :

  • Ambucom : l’ambulance nouvelle génération

Formation :

  • Ambulanciers, une formation bien cadrée

SST :

  • Secouristes de l’écran noir

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Le glycémie capillaire

Au-delà du référentiel :

  • La spasmophilie, par le Dr Frédérique Briche

Chef d’équipe :

  • Ambulancier, un chef multifacettes, par James Iacino

Juridique :

  • Les ambulanciers à l’épreuve de la route, par Antoine Bouriaud

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de premiers secours

Dossier :

  • Ambulances : confort et sécurité

Zoom :

  • Le quad ambulancier tout terrain
  • Flexislide : un drap pour le transfert

Publi-reportage

  • Schiller France, au cœur de l’urgence

Abonnement

Petites annonces / Carnet d’adresses / Bonus Web

Complétez votre collection

Éditorial

Ultimatum

24 janvier 2013. Le couperet tombe. Bruxelles accorde à la France deux mois pour aligner sa réglementation sur celle de l’Europe. Par le biais d’un guide d’application, l’Hexagone impose en effet depuis 2009 des règles draconiennes aux fournisseurs désireux de faire homologuer un véhicule de secours. Tandis que la norme européenne EN 1789 (lire notre dossier page 40) autorise les organismes de contrôle à effectuer des crash-tests statiques – voire simulés sur ordinateur ! – le guide d’application français prévoit obligatoirement un crash-test dynamique. Une différence qui se traduit, pour les fournisseurs, par un investissement plus conséquent…

On comprend ainsi l’empressement de certains à adresser une plainte à la Commission européenne qui, fidèle à sa mission de nivellement – par le bas – des réglementations sur le vieux continent, n’a pas manqué de juger les « exigences » de la France « contraires aux règles du marché unique de l’Union ». Reste la notion de sécurité qui, si l’on écoute la Commission, semble reléguée au deuxième, voire au troisième plan.

La vraie question est bien quelle protection désirons-nous collectivement nous imposer ? Il y a fort à parier que la préférence des utilisateurs ira vers des contrôles drastiques de façon à garantir la meilleure sécurité possible. Selon nos informations, la norme européenne pourrait être mise à jour cette année. Espérons que ses architectes, privilégiant une harmonisation par le haut, sauront faire passer la sécurité avant les intérêts de certains fabricants.

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X