Secouriste Magazine n°14 est disponible

Le numéro 14 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, Web, courrier des lecteurs

Reportage :

  • Exercice du Spéléo Secours français du 68

Pour ou contre :

  • L’engagement des mineurs

Interview :

  • Mathilde Raynaudi et Sarah Sauneron, centre d’analyse stratégique

PROFESSION SECOURISTE

Une garde avec… :

  • Le Samu 13 au coeur de Marseille

Secouristes du monde :

  • Tanzanie : un système de secours… privé

Portrait :

  • Laurent Theurel, infirmier au SMUR de Dijon

Focus :

  • DAFF : les Français dans brouillard

Formation :

  • DASRI : gérer les déchets sensibles

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Accident d’exposition au sang

Au-delà du référentiel :

  • Plaies suturables, par le Dr Yannick Gottwalles

Psychologie :

  • Tentative de suicide, par Jean Michel Foret

Juridique :

  • Le dégât matériel, par Mickaël Salgado

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de premiers secours

Dossier :

  • Hygiène : contamination zéro

Zoom :

  • Sertit : la cartographie rapide pour les secours
  • TIB : traitement dépolluant de l’air

Librairie du secourisme

Abonnement

Complétez votre collection

Petites annonces / Carnet d’adresses / Bonus web

Éditorial

Tous concernés

l Il est un sujet – de plus – qui rassemble l’ensemble des professionnels du secours : l’hygiène. Dans la mesure où il est plus difficile de garantir de bonnes conditions d’hygiène et d’asepsie en pré-hospitalier que dans un centre de soins, une plus grande attention devrait y être apportée sur le terrain.

Pourtant, sans doute parce qu’il s’agit de lutter contre des ennemis invisibles à l’œil nu, il arrive que cette activité soit reléguée au second plan. Par négligence, on aurait tendance à ne s’en préoccuper que « si l’on a le temps », « lorsque ce sera vraiment nécessaire »…

Combien de fois, à l’entraînement, sont répétés – et à juste titre – le retrait de casque, la pose du collier cervical, la RCP ? Et le lavage des mains ? Et l’enfilage d’une paire de gants stériles ? Et la désinfection d’une plaie ? Certes, ces gestes sont en général techniquement simples… Raison de plus pour les effectuer avec rigueur !

Même si c’est une contrainte, l’hygiène est avant tout une mesure de protection. Pour la victime bien entendu, dont la barrière cutanée peut-être endommagée, mais aussi pour le sauveteur, lui-même sujet à contamination via ses muqueuses et sa peau (si celle-ci présente des lésions).

Et, si l’ensemble des mesures de précautions mises en place n’ont pas pu empêcher ces zones sensibles d’entrer en contact avec un liquide biologique, appliquez sans délai le protocole d’Accident d’exposition au sang (lire pages 28-29). Comme le dit si bien l’adage : mieux vaut prévenir que guérir !

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X