Covid-19 : les hautes températures comme effet réducteur

L’Académie nationale de médecine révèle les résultats d’une enquête qui évalue l’impact des hautes températures sur la transmission du Covid-19.

Le 25 mai, l’Académie nationale de médecine dévoile les résultats de son enquête visant à étudier l’impact climatique sur les taux d’attaque du coronavirus. Menée par dix-neuf médecins, pharmaciens et cadres de santé d’Europe, d’Afrique et des DOM/TOM, l’enquête confirme que les hautes températures ont un effet réducteur sur la propagation du virus. L’indice de diffusion du virus de 2,67 en Europe pour une température moyenne de 11,2°C s’abaisse à 0,03 en Afrique subsaharienne où la température est de 34°C environ. Suite à ces conclusions, l’Académie recommande :

_x000D_

    _x000D_

  • d’intégrer le facteur climatique dans les modélisations du phénomène épidémique et de prendre en compte les prévisions météorologiques dans les instances décisionnelles relatives à la gestion de la crise sanitaire Covid-19 ; 
  • _x000D_

  • de ne pas négliger le risque de résurgence épidémique de Covid-19, notamment en France métropolitaine, surtout si la circulation du SARS-CoV-2 persiste dans l’hémisphère Sud pendant l’été, en renforçant les capacités de surveillance, de prévention et de riposte dès le mois de septembre.
  • _x000D_

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X