Secours Mag n°52 est disponible

Le numéro 52 de Secours Mag est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

Actualités :

  • En image
  • Toutes les actualités et les rendez-vous du secours

Focus :

  • Secours Expo, le nouveau concept
  • DAE : les nouvelles règles
  • Les jugulaires des casques de moto

Portrait :

  • Médecin-chef Jonathan (SSA)

Entretien :

  • Olivier Richefou, president de la conference des services d’incendie et de secours

Débat :

  • Contribution plaisance : la solution pour le sauvetage en mer ?

Dossier :

  • Quel avenir pour les associations agréées de sécurité civile ?

Immersion :

  • Au coeur du marathon de Nantes avec la Protection civile

Parole de victime

  • Jean-Michel Hautavoine, sauvé après un accident de spéléo

Secours du monde :

  • L’Amazonie

L’image venue d’ailleurs :

  • Tremblement de terre à Katmandou

CAHIER ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • Toute l’actualité technique

Marché :

  • Les équipements de protection individuelle

Publi-rédactionnel :

  • Weinmann Emergency

Zoom :

  • Act Fast, la formation Heimlich
  • Quick grid, l’appli de localisation

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Désensablement : une technique “made in” Bretagne

Chef d’équipe :

  • Prévenir le sur-accident

Psychologie :

  • Dépister les syndromes post-traumatiques chez les pompiers

Juridique :

  • Débat autour des véhicules prioritaires

CAHIER SOINS D’URGENCE

Études scientifiques

Étude à la loupe

  • Intégration de l’ECG télé-transmis

Coulisses :

  • L’organisation d’un exercice de grande envergure

Maquillage

  • Brûlures sanglantes

Concours Maquillage

Edito

Au bord du gouffre

Si l’on devait renseigner une fiche bilan, le motif de l’intervention serait simple : malaise généralisé. Pour une fois, nul besoin d’être médecin pour établir le diagnostic. Il suffit d’ouvrir les yeux. Les symptômes sont là. Usés par leur quotidien, les sapeurs-pompiers et les personnels des urgences reconduisent encore et encore leurs grèves. Les sirènes hurlent dans la nuit noire des urgences, mais le pouvoir exécutif semble immobile face à l’expression de cette souffrance.

Le torchon brûle, et par tous les bouts ! Pour éteindre le feu, il faudra désormais bien plus que les quelques mesurettes avancées jusque là par le gouvernement. Autant essayer de venir à bout de l’incendie de Notre-Dame de Paris avec un extincteur…

De leur côté, les associations agréées de sécurité civile (AASC) se considèrent comme la cinquième roue du carrosse. Pour la plupart réunies au sein du Conseil national de la protection civile (CNPC), elles entendent aujourd’hui prendre la parole (lire le billet d’humeur en page 5 et notre dossier des pages 28 à 36). Le constat est simple : le modèle économique qui permettait aux AASC de trouver un équilibre dans la diversité de leurs missions (formations, postes de secours, soutien à la population) est plus que dépassé. Le monopole jusqu’alors réservé à ces acteurs bénévoles sur les activités les plus rémunératrices (formations, DPS) s’effrite peu à peu. Dans le même temps, les contraintes réglementaires et le coût du matériel explosent, faisant pencher dangereusement la balance dans le rouge. L’équation est insoluble, les interlocuteurs inexistants. Du côté de la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion de crises, le silence est éloquent !

A en croire les intéressés, le danger est actuellement « réel, immédiat et non contrôlable ». Devrons-nous donc assister à la disparition progressive d’une force pourtant essentielle à notre culture de sécurité civile ? Une force bénévole qui fait la fierté de ce modèle original, mais qui pourrait s’épuiser dans un avenir que les concernés identifient comme très proche…

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X