Secours Expo 2017 : Réserves, mode d’emploi : Vers un nouveau mode de volontariat ?

Historiquement militaires, les réserves se multiplient et se diversifient. Effet de mode ou nouvel engagement citoyen, telle était l’une des principales questions posées lors de cette conférence.

Un bon réserviste est un réserviste fidèle ; néanmoins, les contraintes sont à moduler. Le soldat de réserve, de par son statut, choisit ses missions. Colonel Jacques Le Conte

 

Militaires ou civiles, les réserves remplissent de nombreuses missions. Renfort de l’activité opérationnelle pour l’armée de terre ou la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, vivier de volontaires activable en cas de catastrophes pour les associations agréées de sécurité civile ou les réserves communales, chaque réserviste est un citoyen engagé. Un engagement vécu « sans contrainte, ou du moins des contraintes différentes de la vie de tous les jours », explique le colonel Deregnaucourt. Néan­moins, les réserves ne sont pas toutes égales devant l’activité opérationnelle puisque certaines d’entre elles, à l’image de celle de l’Eprus, sont des « réserves dormantes », souligne Clara de Bort.
Une chose est sûre, elles sont en tout cas en pleine expansion actuellement, comme en té-moigne le colonel Jacques Le Conte, qui annonce que « la réserve militaire va passer de 16 000 à 24 000 individus ». Pour Stéphane Voisin : « Les outils, et particulièrement les réseaux sociaux, permettent d’entretenir les réservistes et de les faire adhérer. Toutefois, il est important de comprendre pourquoi les gens s’engagent. » La question pécuniaire n’est certes pas au cœur de l’engagement des réservistes, et c’est bien l’acte citoyen qui est sans conteste la première motivation. Les attentats du 13 no­vembre l’ont d’ailleurs démontré. Une augmentation sensible du nombre de demandes d’information pour l’armée de terre, notamment, a été enregistrée dans les semaines qui ont suivi cet événement.

Laurent Demont

 

Les intervenants

• Clara de Bort, cheffe de la réserve sanitaire de l’Établissement de préparation et de réponses aux urgences sanitaires (Eprus)

• Colonel Benoît de Plinval, sous-chef Ressources humaines à la Brigade de sapeur-pompier de Paris (BSPP)

• Général François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange, Haut Comité français pour la défense civile (HCFDC)

• Stéphane Voisin, directeur opérationnel de la Fédération française de sauvetage et de secourisme (FFSS)

• Colonel Jacques Le Conte, adjoint au général responsable des réserves de l’armée de terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X