Secours Mag n°42 est disponible

Le numéro 42 de Secours Mag est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

Actualités :

  • En image
  • Toutes les actualités et les rendez-vous du secours

Focus :

  • Des pompiers équipés de caméras

Entretien :

  • Dr Pascal Cassan

Débat :

  • L’alerte aux populations

Dossier :

  • Le réseau radio du futur

Portrait :

  • Dr Mathieu Langlois médecin du Raid

Immersion :

  • Le déclenchement préventif des avalanches

Secours du monde :

  • La Guinée

L’image venue d’ailleurs :

  • La Corée

CAHIER ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • Matériel : les dernières tendances

Le test :

  • Les chaussures Heckel

Marché :

  • Formation : le virtuel plus fort que le réel ?

Zoom :

  • La réanimation avec CCSV de Weinmann Emergency
  • Le plan dur S2C distribué par Gallin

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Pose d’une attelle en solo

Au-delà du référentiel :

  • L’oedème pulmonaire de haute altitude

Pédagogie :

  • Formateur et stagiaire : la bonne distance

Psychologie :

  • Retex, la prise d’otage de la porte de Vincennes

Juridique :

  • Le secret professionnel

CAHIER SOINS D’URGENCE

Études

Technique d’urgence

  • Prise en charge des hypothermes

Cas Clinique

  • Prise en charge d’une gelure

Dans les coulisses

  • La base de la Sécurité civile

Histoire

  • Le séisme de Lisbonne 1755

Maquillage

  • La plaie hémorragique

Parole de victime

  • Emmanuel Domenach : l’attentat du Bataclan

Édito

DAE : une gestion ubuesque

On ne vantera jamais assez les vertus de la formation professionnelle. Dans notre domaine, plus encore que dans tout autre, cette étape recouvre une importance toute particulière.

Tout d’abord, parce que le choix de « porter secours » constitue un engagement fort vis-à-vis de la collecti- vité et des victimes. Si cela peut – pour certains – re- vêtir une importance corporatiste, les victimes, elles, se fichent bien de savoir quelle est la couleur de l’uni-

forme porté par la personne qui lui porte assistance. Apporter les meilleurs soins, dans les meilleures conditions possibles, c’est ni plus ni moins la promesse de tout acteur du secours lorsqu’il part en mission. S’engager dans cette activité si particulière, c’est prendre une lourde responsabilité. Et cette responsabilité ne peut être respectée qu’à condition d’une perpétuelle remise en cause de ses principes d’action, et donc d’une formation continue assidue.

Les acteurs du secours et des soins d’urgence ne sont pas tous des professionnels de métier. Bien qu’ils exercent une autre activité, les bénévoles ou volontaires n’en sont pas moins des professionnels du secours. Et ce, pour la simple et bonne raison que leur formation est souvent du même niveau que celle de leurs confrères permanents et que la qualité de leur intervention se doit d’être tout aussi exemplaire. Il s’agit d’un engagement citoyen majeur.

Enfin, se former, c’est avant tout se protéger et protéger son environnement direct : confrères, victimes et témoins. Il n’y a qu’en maîtrisant sur le bout des doigts ses gestes et protocoles que l’on peut anticiper et réagir de façon optimum lorsque le danger se présente. Une réalité d’autant plus prégnante dans des environnements hostiles comme la mer ou la montagne. Vous en trouverez une large illustration dans ce numéro. Nous vous embarquons notamment au cœur d’une formation au déclenchement des avalanches où rigueur rime aussi avec survie. Pour la 4e édition du salon Secours Expo qui se déroulera du 8 au 10 février 2018 à Paris Porte de Versailles, la formation professionnelle sera enfin disponible. Sur des formats de deux heures, il sera ainsi possible de perfectionner ses propres connaissances et compétences. Des sessions d’apprentissage ou de révisions pour tous les niveaux, animées par les plus grandes institutions du secours et des soins d’urgence !

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X