Risque incendie : une culture à développer

Depuis l’adoption de la loi Morange et Meslot le 8 mars 2015, chaque logement doit être équipé d’au moins un détecteur de fumée par logement. Si les ménages français sont de plus en plus nombreux à s’équiper, la prise de conscience du risque incendie n’est pas effective selon les derniers résultats du cinquième baromètre Kidde BVA.

88 % des logements français sont aujourd’hui équipés d’un détecteur autonome avertisseur de fumées (DAAF). Si ces chiffres semblent de prime abord encourageants, la culture du risque incendie domestique serait encore loin d’être acquise. A en croire les derniers résultats du 5e baromètre Kidde BVA, 60 % des usagers se sont équipés d’un détecteur uniquement pour respecter l’obligation réglementaire, et seraient encore trop peu à connaître les risques de départ de feu chez eux. Pour preuve : seulement 43 % des habitations sont équipées d’un unique détecteur, alors que la plupart des logements, à l’exception des studios, nécessiteraient deux dispositifs de détection. Comment se prémunir au mieux contre la menace incendie ? Il est recommandé de réaliser une analyse du risque adaptée aux spécificités de son domicile. Organisée par Kidde – fabricant d’équipements de protection incendie – en partenariat avec la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) et le pôle de recherche appliquée en prévention et accidents de la vie courante Calyxis, la deuxième édition de l’opération « Attention au feu » qui s’est déroulée ce mardi 7 mars a pour but de sensibiliser le grand public en matière de prévention. A cette occasion, une simulation de départ de feu et un exercice d’évacuation se déroulant dans une maison ont permis aux participants de mieux saisir les dangers de l’incendie et les mesures à mettre en oeuvre pour s’en protéger.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X