Grands froids : gare aux intoxications au CO !

Après un début d’hiver plutôt clément, le froid semble s’installer durablement et intensément sur la France. Afin de lutter contre ce dernier, la population se protège par tous les moyens pour chauffer l’intérieur de leur cadre de vie, parfois au détriment de leur propre sécurité.

Avec des températures qui chutent en dessous de 0°C, chauffages d’appoint, cheminées, poêles ou radiateurs se remettent en marche pour parer au froid. Mais il peut arriver que le manque d’entretien, une installation défectueuse ou des « astuces » quelconques entraînent des risques aux conséquences néfastes sur la santé pouvant parfois entraîner la mort. C’est avant tout l’intoxication au monoxyde de carbone (CO) qui est à redouter.  

 

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, donc invisible, et inodore qui le rend indétectable sans des appareils appropriés. Il est toxique et mortel. En France,on recense chaque année en moyenne plus de 6000 intoxications et 300 décès. Entre le 1er septembre 2016 et le 4 janvier 2017, huit personnes sont décédées d’une intoxication au CO. 467 signalements ont été transmis au système de surveillance de Santé publique France (InVS, INPES et EPRUS), exposant 1 527 personnes dont :

  • 995 ont été prises en charge par un service d’urgence hospitalier,
  • 140 dirigées vers un service de médecine hyperbare.

 

Entre le 1er septembre 2016 et le 4 janvier 2017, huit personnes sont décédées d’une intoxication au CO

 

Quelques recommandations

Ce risque n’est donc pas à prendre à la légère. Voici quelques recommandations diffusées par la Direction générale de la Santé, indispensables pour éviter ces intoxications :

  • faire vérifier et entretenir les conduits de fumées (par ramonage mécanique)
  • faire vérifier et entretenir chaudières, chauffe-bains, inserts, poêles
  • ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (braseros, barbecues). Tout comme les groupes électrogènes, ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.

Il est également nécessaire d’aérer convenablement les pièces chauffées et ne pas boucher les systèmes d’aération naturels présents notamment sur les fenêtres.

 

Les bonnes pratiques

Les signes d’une intoxication au CO sont les suivants :

  • intoxication faible : maux de tête, nausées, fatigue.
  • intoxication grave : vertiges, troubles du comportement, pertes de connaissance.

 

 

En cas de suspicion d’une intoxication au CO :

  • aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • faire évacuer les locaux de leurs occupants
  • appeler les secours : 18 pour les pompiers ou 15 pour le SAMU (ou le 112 depuis un portable)
  • ne réintégrer les locaux qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer.

 

 

Pour plus d’informations, Santé publique France a publié un dépliant très complet que vous pouvez consulter et télécharger à l’adresse suivantehttp://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1243.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X