SNSM : toujours sur le pont

Un incendie dans un bateau de pêche se déclare au large de l’Ile-de-Noirmoutier (85). La SNSM et les sapeurs-pompiers sont déclenchés immédiatement par le CROSS pour intervenir. Aujourd’hui, il ne s’agit que d’un exercice, mais les sauveteurs savent que cette situation peut tout à fait se présenter, et ils s’entraînent en conséquence. Reportage…

 

8 heures du matin. Sur le port de l’Herbaudière, au nord de l’île de Noirmoutier, les combinaisons orange des sapeurs-pompiers se mêlent à celles des sauveteurs en mer. Aujourd’hui a lieu un entraînement d’envergure entre les deux services de secours. Le scénario : un bateau de pêche signale au CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) un incendie dans la salle des machines. Qui plus est, un homme y est inanimé et la panique à bord commence à s’installer.

Les sauveteurs en mer déploient les grands moyens

Le CROSS met immédiatement en alerte la SNSM de l’Herbaudière ainsi que deux équipes de sapeurs-pompiers avec leur bateau léger de sauvetage (BLS). Les sauveteurs en mer déploient les grands moyens : un canot tout temps (CTT), une vedette légère de 9 mètres et un semi-rigide. Les moteurs à plein régime, les embarcations fusent vers « Les Misérables », un immense catamaran de pêche dont l’équipage a accepté de jouer le jeu pour l’occasion. En quelques minutes, les sauveteurs arrivent sur zone. Alors que les sapeurs-pompiers pénètrent dans la carlingue du navire pour extraire l’homme inanimé, une lance à incendie est déployée depuis le CTT pour refroidir les parois métalliques chauffées à blanc par le foyer. La victime, inconsciente, est extraite rapidement malgré l’étroitesse du passage qui amène à la salle des machines. Elle est alors immédiatement transférée sur plan dur, en PLS, sur le pont de la vedette de la SNSM. Alors que les sauveteurs commencent à pratiquer les gestes de premiers secours, deux hommes de l’équipage du bateau de pêche, pris de panique, se jettent à l’eau. Charge au BLS des sapeurs-pompiers et au semi-rigide de la SNSM d’assurer les sauvetages… Une fois effectués, le CTT de la SNSM remorquera le catamaran jusqu’au port.

  (c) Sylvain LEY  

 

S’entraîner en toute sécurité

« Ce type d’exercice est très important pour nous, explique Jean-Marc Le Guen, président de la SNSM de l’Herbaudière. Il s’inscrit dans la continuité des bons rapports que nous entretenons avec les autres services de secours, notamment les pompiers. »

Une manoeuvre de sauvetage comporte toujours un risque.

Un exercice collectif d’une telle ampleur a lieu au minimum une fois par an et permet de comprendre comment chaque service travaille afin « de ne pas être des inconnus sur l’eau », précise le sergent Elie Fradet, du centre de secours de Noirmoutier. Le bilan semble d’ailleurs très positif. La rapidité d’exécution et le savoir-faire de chacun ont permis de réaliser ce secours en un temps record. « Le principal, pour moi, c’est surtout que nous soyons partis ensemble, et que nous soyons revenus ensemble », note Jean-Marc Le Guen. Car sur l’eau, même en prenant toutes les précautions, une manœuvre de sauvetage comporte toujours un risque. Et c’est pour cela que la SNSM s’entraîne, encore et toujours. 

[[$xgallery? album=`2`]]

Visualisez la vidéo !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X