RescUE se dote d’un arsenal médical

RescUE, le système européen de l’Union européenne pour faire face aux catastrophes naturelles, se dote d’une nouvelle ressource qui prend la forme d’un « arsenal médical ».

« Ces dernières décennies, de vastes flambées de menaces transfrontières graves sur la santé, transmissibles entre personnes, telles que la maladie à virus Ebola, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), ont mis la communauté internationale à l’épreuve, appelant une réaction coordonnée pour limiter la diffusion des maladies infectieuses », peut-on lire dans la décision d’exécution 2020/414 de la Commission, datée du 19 mars dernier. 

Face à la crise sans précédent qui traverse l’ensemble des pays de la planète, et notamment ceux de l’Europe, l’UE a décidé de renforcer son système de lutte contre les catastrophes naturelles, rescUE, grâce à un nouvel outil. Ce dernier est constitué d’un arsenal de contre-mesures médicales, composé de vaccins ou de traitements, d’équipements médicaux de soins intensifs et d’équipements de protection individuelles ou de fournitures de laboratoire destinés à combattre des menaces graves transfrontières sur la santé.

La même décision d’exécution rappelle que « la propagation à l’échelle mondiale de maladies hautement infectieuses, à laquelle on assiste également dans le cas du nouveau coronavirus 2019-nCoV et de la flambée épidémique de maladie à coronavirus (COVID-19) qu’il entraîne, requiert une action coordonnée de la part des Etats membres afin d’éviter l’intensification de la situation d’urgence dans toute l’Union, déjà sévèrement touchée par ces épisodes épidémiques ».

Ainsi, l’UE « encourage » les autorités de santé publiques de l’Union à planifier la fourniture d’équipements de protection individuelle en quantités suffisantes, en particulier pour leurs professionnels de la santé soignant des patients atteints du COVID-19.

 Ces considérations, somme toute bienvenues, semblent cependant légèrement anachroniques étant donné l’ampleur actuelle de la crise. Elles sonnent néanmoins comme un premier retour d’expérience, à chaud, pour ne pas dire brulant, pour anticiper de prochaines crises sanitaires européennes ou mondiales.

 

L’arsenal médical en détail

Missions :

Constitution d’un arsenal de contre-mesures médicales, composé de vaccins ou de traitements, d’équipements médicaux de soins intensifs, d’équipements de protection individuelle ou de fournitures de laboratoire, en vue de la préparation et de la réaction à une menace transfrontière grave sur la santé.

Capacités :

– Nombre adéquat de doses de vaccin nécessaires pour les personnes considérées comme étant à risque en lien avec un ou plusieurs cas de menaces transfrontières graves sur la santé.

– Nombre adéquat de doses thérapeutiques nécessaires pour traiter un ou plusieurs cas de menaces transfrontières graves sur la santé.

– Les vaccins et les traitements répondent à l’une des conditions suivantes :

        –  autorisation de mise sur le marché délivrée par l’EMA (Agence européenne des médicaments) ;

        –  recommandation positive pour une utilisation compassionnelle ou d’urgence émise par l’EMA ou une agence réglementaire nationale d’un État membre;

        –  recommandation positive pour une utilisation étendue ou d’urgence émise par l’OMS et acceptation par au moins une agence réglementaire nationale d’un État membre.

– Équipement médical de soins intensif adéquat permettant de fournir des soins de support à un ou plusieurs cas de menaces transfrontières graves sur la santé, conformément aux normes de l’OMS.

– Nombre adéquat d’équipements de protection individuelle pour les personnes considérées comme étant à risque en lien avec un ou plusieurs cas de menaces transfrontières graves sur la santé, conformément aux normes de l’ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control) et de l’OMS.

– Quantité adéquate de fournitures de laboratoire, notamment de matériel d’échantillonnage, de réactifs de laboratoire, d’équipement et de consommables, pour assurer la capacité de diagnostic en laboratoire pour un ou plusieurs cas de menaces transfrontières graves sur la santé.

Composantes principales :

 – Installations de stockage appropriées dans l’Union et système de suivi adéquat de la constitution de l’arsenal.

– Procédures appropriées garantissant l’emballage, le transport et la livraison adéquats des produits visés au point Capacités, si nécessaire.

– Personnel dûment formé à la manipulation et à l’administration des produits visés au point Capacités.

Déploiement :

Aptitude à se mettre en route au plus tard dans les douze heures suivant l’acceptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X