Secouriste Magazine n°27 est disponible

Le numéro 27 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, web, courrier des lecteurs

Pour ou contre :

  • Assistants de vol dans le secours héliporté

Enquête :

  • Crash Germanwings : gestion de crise à grande échelle

Interview :

  • Colonel Vandebeulque, chef d’état-major de zone

PROFESSION SECOURISTE

Secouristes du monde :

  • Séisme au Népal : au secours des habitants de Katmandou

Portrait :

  • Major Jean-François Martin, pilote du PGHM

Focus :

  • Colloque SFMC : les fusillades

SST :

  • Prévention et secours en avion

CAHIER DES EXPERTS

Au-delà du référentiel :

  • La dépressurisation, par le Dr Alain Chantegret

Chef d’équipe :

  • La recherche d’aéronef en détresse, par Daniel Lucci

Psychologie :

  • Crash : l’accompagnement, par le Dr Hélène Romano

Juridique :

  • La conservation des preuves, par maître Pierre-Henri Lebrun

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de secours

Dossier :

  • Secours aérien : tout sauf stationnaire

Zoom :

  • Haix : Fire Eagle, confort et légèreté
  • Silvert : un MID également plan dur

Abonnement

Petites annonces / Carnet d’adresses / Bonus Web

Éditorial

Un lobby pour le secourisme

On croyait le Conseil national de la protection civile (CNPC) moribond. Sous l’impulsion de sa nouvelle présidente, le voici plus dynamique que jamais. Lorsqu’elle était secrétaire générale de la zone de défense et de sécurité de Paris, la préfète Michèle Merli était déjà parvenue à faire travailler ensemble les professionnels du secours dans le cadre du plan « inondation ». Elle réitère au niveau national avec le CNPC, une institution pourtant largement méconnue des acteurs de terrain. Les cinq plus grandes associations agréées de sécurité civile et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France se rassemblent donc autour d’un projet commun : la création d’une « plate-forme contributive » dédiée au secourisme.

Lassées par l’immobilisme ambiant et mues par le manque de considération des pouvoirs publics, ces associations s’offrent des moyens d’agir, dans un souci d’efficacité et de complémentarité qu’il convient de saluer. Cette instance de représentation, sorte de syndicat ou de lobby professionnel, aura en effet davantage de moyens pour peser sur les décisions que des associations intervenant en ordre dispersé.

Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, cette nouvelle instance avance dix propositions concrètes pour faire progresser le secourisme en France (lire page 4). Au-delà de la rencontre avec le directeur de cabinet du ministre qui s’est tenue ces derniers jours, espérons que cette initiative fera enfin bouger les lignes.

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X