ActusSecours MagSecours Mag en ligneWeb

Vers un meilleur accompagnement des personnes vulnérables

A l’occasion des journées des droits de l’enfant, le 20 novembre, et de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 du même mois, le gouvernement réaffirme son action pour protéger les plus vulnérables. Lors du comité interministériel à l’enfance du 20 novembre, la Première ministre a présenté la nouvelle stratégie du gouvernement pour un meilleur accompagnement des personnes vulnérables en cas de violences.

Les violences, qu’elles soient faites aux femmes ou commises sur des enfants, ont des conséquences sanitaires graves qui requièrent une prise en charge adaptée par des professionnels. Dans le cadre de son nouveau plan d’action, le gouvernement affirme que la prévention sera renforcée, avec notamment l’inscription de l’interdiction de violences éducatives ordinaires dans les carnets de santé et de grossesse. Elisabeth Borne a également soutenu que le repérage des victimes serait amélioré par la sécurisation des médecins lors du signalement d’un cas de violence, mais aussi en renforçant la formation de professionnels en contact avec les enfants.

Le parcours de soins des victimes devrait lui aussi être consolidé. En effet, le gouvernement a annoncé la création d’unités d’accueil pédiatriques enfants en danger (UAPED) supplémentaires avec comme objectif d’avoir une UAPED par juridiction. Les centres régionaux de psychotrauma (CRP) seront aussi renforcés, notamment sur leurs missions de formation et d’animation de réseau.

Le mardi 21 novembre, un comité de suivi des mesures de santé a été réuni pour une meilleure prise en charge des femmes, réunissant des professionnels de santé, des associations d’accompagnement ou encore des acteurs institutionnels. 18 nouveaux dispositifs ont été recensés depuis le dernier comité de suivi de juin, pour atteindre aujourd’hui 74 structures sur le territoire.

L’objectif du gouvernement ? Atteindre une structure d’aide et d’accompagnement par département pour les femmes victimes de violences d’ici 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
X