Le SDIS 35 modernise son équipement

Une quarantaine de nouveaux engins viennent d’être acquis par le SDIS d’Ille-et-Vilaine (35). 5,5 millions d’euros ont été investis sur les 18 derniers mois pour moderniser les équipements et répondre à l’évolution de leurs interventions.

Le SDIS 35 fait le plein en équipements ! Les sapeurs-pompiers d’Ille-et-Vilaine viennent de réceptionner un parc de nouveaux engins. Cette nouvelle acquisition s’insère dans son plan pluriannuel d’équipement. De dernière génération, ces moyens viennent assurer le renouvellement des engins de secours affectés dans les différents centres d’incendie et de secours d’Ille-et-Vilaine.

Des équipements de secours tout-terrain

Outre les classiques fourgons pompes de toutes sortes, les échelles et les véhicules plus légers, le SDIS 35 a investi dans des équipements de secours dédiés à d’autres milieux, en se dotant notamment d’un aéroglisseur. Nouveau vecteur de secours à disposition des sapeurs-pompiers de Dol-de-Bretagne, l’appareil permet d’intervenir en baie du Mont Saint-Michel. Avec jusqu’à trois personnes à son bord, l’engin permet d’effectuer des recherches de personnes disparues ou envasées, mais aussi d’assurer des secours de personnes blessées sur l’Estran.

170 interventions nautiques sont réalisées en moyenne chaque année. Il peut s’agir de prompt secours nautique, mais également du secours à personnes dans des situations variées : évacuations de falaises, brancardages dans des zones difficiles côtières… Afin d’améliorer la prise en charge et la rapidité des secours sur les interventions nautiques, le SDIS a acquis deux jets de reconnaissance et de sauvetage (JRS) qui sont opérationnels depuis l’été 2021. Ils sont destinés à intervenir avec plus de rapidité, d’efficacité et de sécurité lors des phénomènes de grande marée sur des secteurs sensibles et complexes d’accès, comme la digue de Rochebonne et du Sillon, les brise-lames et les remparts de Saint-Malo.

© SDIS 35

Chaque année, entre 4 et 5 millions sont nécessaires au renouvellement et à l’adaptation aux risques et techniques d’intervention d’un parc de 800 engins approchant une valeur de 80 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
X