Publi-rédactionnel #60 : Le digital au service de l’intelligence collective

Evaluation de la pratique professionnelle, fiches bilans dématérialisées, transmission des données-patients en temps réel au SAMU et aux services d’accueil des urgences, UrgSAP optimise la collaboration entre les acteurs du secours au quotidien.

Entre le SDIS 67 et A Propos, c’est l’histoire d’une décennie de collaboration et de confiance. Tout commence avec le déploiement de PharmSAP, progiciel de gestion de la pharmacie à usage interne, développé par les équipes de Maguelone Fontanieu, fondatrice et dirigeante de la société. Puis, en 2016, l’évaluation de la pratique professionnelle des infirmiers devient une vraie préoccupation pour le SSSM. C’est ainsi que le Sdis 67 accueille UrgSAP, puis UrgSAP Mobile, une solution 100 % paramétrable de dématérialisation des fiches bilans sur tablette tactile embarquée, qui permet la récupération, l’analyse et la transmission des données-patients en temps réel aux SAMU et services d’accueil des urgences pour une prise en charge et un suivi optimaux. « Nous traitons près de 70 000 fiches papier par an, donc nous avons accueilli cette innovation avec beaucoup d’intérêt et d’espoir, explique l’Infirmier Yves Krebs, affecté au groupement de la médicalisation des secours du Service Bas-Rhinois. Bénéficier d’un logiciel facile à utiliser, intuitif et interconnecté avec tous nos serveurs, nous permet de gagner en efficacité, en pertinence d’action, mais aussi, grâce aux statistiques générées, d’observer la façon dont nos équipes travaillent sur le terrain, pour faire évoluer les protocoles et la pratique là où c’est nécessaire. » Avec 7 300 interventions du SSSM par an et 14 véhicules répartis dans le département, le Sdis 67 n’y voit que du positif. « Les premiers hôpitaux de la région à tester ces fiches dématérialisées nous demandent clairement de ne jamais revenir en arrière, se satisfait Yves Krebs. Avant même l’arrivée du patient, nous leur envoyons des fiches lisibles, complètes, enrichies par des photos… C’est un gain de temps et d’énergie précieux, et nous fluidifions ensemble la chaîne de secours et de soin. »

Weinmann, Schiller, Eolys, Corben… et maintenant Corpuls !

L’un des maîtres-mots d’A Propos depuis 1991, c’est l’interopérabilité. La saisie, l’interprétation, le stockage et la transmission des informations- terrain, doivent être possibles avec tous les appareils indispensables à la bonne prise en charge des patients, quel que soit leurs constructeurs. C’est ainsi qu’historiquement, A Propos collabore avec les sociétés Weinmann Schiller, Eolys et Corben. Et tout récemment, une nouveauté… « Au Sdis 67, nous travaillons avec la société Corpuls, et les équipes de Maguelone Fontanieu savent parfaitement combien il est difficile et coûteux de changer de prestataire, précise Yves Krebs. Ainsi, elles ont travaillé à l’interfacage entre UrgSAP et le moniteur-défibrillateur Corpuls 3. Avec plus de 2 000 électro- cardiogrammes réalisés par an, c’est une réelle avancée pour nous et cela renforce notre efficacité auprès du SAMU et des urgences. » Et la per- sonnalisation des services d’UrgSAP aux particularités du SDIS 67 continue. « Il est extrêmement facile de créer de nouveaux paramètres dans les fiches bilans, conclut-il. C’est ainsi que nous avons ajouté une entrée pour les patients atteints de douleurs thoraciques, ou certains éléments d’aide à la prise de décision, par exemple sur les femmes enceintes, ou encore les protocoles infirmiers de soins d’urgence. UrgSAP n’est donc plus qu’un simple logiciel, c’est un peu “notre” logiciel, puisque nous l’adaptons à tous nos besoins. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X