SDIS 56 : Exercice incendie à la cathédrale de Vannes

Lundi 28 septembre, les sapeurs-pompiers du Morbihan ont testé grandeur nature l’éventualité d’un incendie se propageant dans la toiture de la cathédrale de Vannes.

Depuis plusieurs jours déjà, la population avait été prévenue… Affichages, presse, réseaux sociaux : tous les vecteurs de communication ont été utilisés afin que les habitants de Vannes ne soient pas surpris de voir leur centre-ville bouclé et fourmillant de sapeurs-pompiers en cette soirée du 28 septembre 2020. Prévu de longue date mais reporté dans un premier temps en raison de la situation sanitaire, cet exercice hors-norme visait à simuler un incendie dans la cathédrale Saint-Pierre, se propageant au sein de la charpente du XVe siècle. « C’est une situation que je n’aimerais pas vivre réellement, confie David Robo, maire de Vannes, qui endosse pour l’occasion le rôle de Directeur des opérations de secours (DOS). Mais ce type d’exercice est très important pour limiter les dégâts si un tel incendie devait survenir ».

Des plans indispensables

C’est bien entendu l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 qui a été l’élément déclencheur. Le feu ayant ravagé la cathédrale de Nantes en juillet dernier n’a fait que confirmer la nécessité de se préparer à ce type de sinistre. Cette simulation – sans flamme bien entendu, mais avec la mise en eau des différents moyens aériens (échelles, bras élevateur armé) – avait pour objectif de valider le plan ETARE (Etablissements répertoriés), qui intègre la cathédrale de Vannes au même titre que certaines usines à risques ou établissements scolaires dans le département. Un certain nombre d’oeuvres d’art, exposées au sein du lieu de culte, entraine la nécessité de mettre en place un protocole d’évacuation bien défini.

Interservices

A grand renfort de forces de l’ordre, pour la sécurisation de la zone, mais aussi des bénévoles de la Croix-Rouge française du Morbihan qui assurent dans ce type d’intervention le soutien aux populations, l’exercice était placé sous le signe du travail interservices. Ville de Vannes, diocèse, bâtiments de France, service des eaux : tous étaient mobilisés pour jouer leur propre rôle. « Cet exercice a montré que nous sommes capables de travailler ensemble, et permet de mieux nous connaître, ce qui facilitera l’intervention si elle doit un jour avoir lieu », précise le contrôleur général Cyrille Berrod, directeur départemental du SDIS 56.
Outre le bon déroulement du plan ETARE, différents points ont attiré la vigilance des soldats du feu : étroitesse des rues du centre ville de Vannes, rendant difficile la progression des engins de secours, fiabilité du réseau d’eau, possibilité d’atteindre la toiture grâce aux lances des moyens aériens… Un drone a été utilisé pour filmer la scène et avoir ainsi une vision d’ensemble de l’opération. A la fin de l’exercice, le Retex à chaud entre les différents services a semblé plutôt positif, même s’il est désormais nécessaire d’analyser l’ensemble des données pour s’en assurer. Reste qu’en cette soirée du 28 septembre, la population étant prévenue, les rues étaient vides de badauds et de voitures en stationnement. Un facteur qui n’est pas à négliger et qui peut vite devenir problématique en situation réelle.

 

Visualisez les photos de l’exercice :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X