Enquête : le burn-out chez les sages-femmes

Publié ce mercredi 3 juin, le rapport d’une enquête menée par le Collège national des sages-femmes révèle des chiffres alarmants sur l’état de santé psychologique de ces professionnelles, avant le début de la crise Covid-19.

Les sages-femmes sont elles aussi victimes du burn-out, d’après le rapport de l’enquête menée par le Collège national des sages-femmes de France (CNSF), publié ce mercredi 3 juin. Mise en place en octobre 2019 avec le soutien de l’Université Paris 8, l’étude a recensé plus de 2 700 réponses des professionnelles sur leur état de santé avant la crise sanitaire. Les chiffres sont alarmants : plus de 40 % des cliniciennes salariées, 31 % des cliniciennes libérales et 37,5 % des enseignantes sont victimes du burn-out. Chez les coordinatrices, le pourcentage monte jusqu’à 66 %. Les causes : une charge de travail importante, des exigences émotionnelles fortes, des heures supplémentaires souvent impayées et un manque de reconnaissance. Dans le cadre du Ségur de la santé et suite à ce constat, le Collège recommande, notamment :

_x000D_

    _x000D_

  • de reconnaître le caractère médical de la profession via la création d’un statut hospitalo-universitaire afin de renforcer l’actualisation des pratiques au regard des dernières évolutions scientifiques ;
  • _x000D_

  • de permettre une meilleure reconnaissance avec une représentativité des sages-femmes au sein de la gouvernance hospitalière permettant une amélioration des conditions de travail.  
  • _x000D_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X