« Répondre à l’urgence sociale »

Les associations agréées de sécurité civile auront été extrêmement sollicitées pendant la crise sanitaire. En plus du secours d’urgence aux personnes, elles auront effectué de nombreuses missions d’ordre social.

Une crise sanitaire doublée d’une crise économique et sociale. C’est la particularité de la pandémie qui sévit actuellement et oblige près de la moitié des habitants de la planète au confinement. Dans un tel contexte, les populations les plus démunies (personnes âgées et isolées, sans domicile fixe, etc.) sont d’autant plus impactées. Heureusement, elles peuvent compter sur les AASC qui ont mis en place de nombreuses actions de soutien. 

 

L’urgence sociale comme coeur de mission

Alors que les associations sont fortement mobilisées dans la prise en charge de patients contaminés par le Covid-19 et assurent notamment des missions de transports sanitaires en soutien des SAMU, des ambulanciers privés et des sapeurs-pompiers, les bénévoles assurent en parallèle de nombreuses opérations d’assistance aux populations. » L’urgence sociale est notre coeur de mission. Or les besoins sont actuellement très importants avec un panel de missions très larges : maraudes, approvisionnement en nourriture et en médicaments, transport de SDF dans les centres d’hébergement d’urgence… Au final, nous apportons une aide matérielle bien sûr indispensable, mais également un soutien moral à des personnes bien souvent isolées au sein de communes rurales par exemple, » explique Thomas Alliot, responsable de l’antenne locale de la Protection civile du Val de Lèze située en Haute-Garonne (31).

 

« Le soutien moral ? Un geste de secours à part entière »

Des missions d’ordre social d’autant mieux réalisées et efficientes qu’elles se font en collaboration avec les acteurs de terrain. « Nous travaillons notamment avec les Centres communaux d’action sociale (CCAS) et des acteurs locaux qu’on connait très bien et qui nous aident à repérer les personnes isolées qui ont besoin d’aide. » Au delà de l’écoute, un secours socio-psychologique peut également être apporté aux personnes qui sont en situation de souffrance morale. « Nous avons en la matière un véritable savoir-faire à la Protection civile. Aujourd’hui, apporter un soutien moral à ceux qui en ont besoin constitue un geste de secours à part entière. » Et la preuve que les associations agréées de sécurité civile ont un rôle à jouer en matière de solidarité, et dans la prise en charge de la détresse sociale. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X