DossierSecours Mag

Secours Expo 2017 : SST : coût et atout pour l’entreprise – Un investissement sur l’avenir

Depuis mars 2014, la réforme de la formation professionnelle a compliqué la promotion et le déploiement des formations sauveteur secouriste du travail (SST). Un dispositif pourtant indispensable qui permet de réduire les accidents du travail, et donc de limiter les pertes financières des entreprises.

Une étude a démontré qu’un euro dépensé en prévention des risques peut rapporter jusqu’à trois euros à l’entreprise, en plus de se constater plus globalement sur la qualité de vie au travail. Mickaël Guihéneuf

 

La France compte environ 2,5 millions de sauveteurs secouristes du travail. Un chiffre en constante évolution. Pourtant, la réforme de la formation professionnelle de 2014 a posé bien des problèmes aux acteurs du SST : « Nous avons constaté un net ralentissement des demandes de formation et avons vu de petits organismes de formation mettre la clé sous la porte parce que les dirigeants n’avaient pas compris comment cela allait fonctionner dorénavant », témoigne Sophie Girodit. Pour l’INRS, la Cramif, Opcalia, l’UNASS, Stoporisk et Formapics, le défi est donc de taille : contourner l’argument habituel du coût financier et humain en valorisant le retour sur investissement réel que permet la présence de collaborateurs formés au SST. Plusieurs entreprises étaient d’ailleurs présentes pour en témoigner. Pour elles, le SST est plus qu’une culture : c’est une évidence, comme pour EDF qui compte environ 40 % de formés.
Les prochains défis ? Une meilleure communication auprès des entrepreneurs grâce à la sortie d’une plaquette de promotion d’ici fin 2016. Puis en 2017, des études de mesure d’impact seront menées pour quantifier ce que le SST apporte concrètement à l’entreprise. De l’information chiffrée pour permettre à ce dispositif de prendre l’envol qu’il mérite contre réformes, vents et marées.

Loïc Landrau

 

Les intervenants

• Sophie Girodit, chargée du programme Sauvetage secourisme du travail à l’INRS

• Olivier Gauvin, directeur de l’offre de formation à Opcalia national Paris

• Mickaël Guihéneuf, ingénieur conseil et responsable du pôle Formation à la Cramif

• Jean-Luc Burgain, président de l’Union nationale des sauveteurs secouristes (UNASS)

• Julien Guillon, dirigeant de Stoporisk, organisme spécialiste de la prévention des risques professionnels

• Xavier Halligon, dirigeant de Formapics, organisme spécialiste de la formation de formateurs SST

• Karine Streng, responsable du pôle formation de la direction santé et sécurité au travail de Disney

• Anne Aguirre, chargée de formation au pôle formation de la direction santé et sécurité au travail de Disney

• Docteur Cécile Capuano, médecin expert au sein du pôle santé sécurité d’EDF

• Pascal Léger, préventeur service corporate Air France, direction prévention pour la sécurité au travail

• Jean-Marc Pierre, formateur SST, chef du centre nautique à la mairie de Nangis (Seine-et-Marne)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
X