Secouriste Magazine n°18 est disponible

Le numéro 18 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, Web, courrier des lecteurs
  • Un an de sondage avec Secouristemagazine.com

Pour ou contre :

  • Sceller les sacs

Reportage :

  • Manœuvre du CMS : 24 heures dans les décombres

Interview :

  • Eric Zipper, président du Corps mondial de secours

PROFESSION SECOURISTE

Secouristes du monde :

  • Le CMS au chevet des Philippins

Portrait :

  • Dr Corinne Dubois-Gonet

Focus :

  • Forum CNPC : la culture de sécurité civile à l’honneur

Formation :

  • Réforme de la formation SPV
  • Retex : catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Le brancard cuillère

Au-delà du référentiel :

  • L’oxygène, par le Dr Alain Baert

Chef d’équipe :

  • Les doubles casquettes, par le Sergeant Jérôme Gilardeau

Psychologie :

  • Effets psychologiques liés aux catastrophes, par Antoine Bouriaud

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de secours

Dossier :

  • Immobilisation : l’innovation en chair et en os

Zoom :

  • W2 Numéricon : Iris ou l’oeil de la télémédecine
  • Dokever : Logicoss optimise la gestion numérique des bilans

Libraire en ligne

Abonnement

Petites annonces / Carnet d’adresses / Bonus Web

Éditorial

Chapeau les bénévoles !

Animés d’une volonté farouche d’aider leurs semblables, ils s’investissent à corps perdu dans cette passion singulière qu’est le secours. De retour des Philippines, les bénévoles du Corps mondial de secours, dont nous publions le compte-rendu (lire pages 14 à 19), nous en offrent un très bel exemple. Les bénévoles qui optent pour le secourisme auraient pu choisir de consacrer l’intégralité de leurs loisirs à des activités plus ludiques…

De par leur choix, ces femmes et ces hommes s’imposent des contraintes considérables et s’exposent à une lourde responsabilité. Eux qui n’attendent aucune contrepartie financière de leur mobilisation, parfois quotidienne, démontrent qu’à l’accumulation de richesses, érigéeen valeur suprême par notre société, s’opposent d’autres sources de satisfaction.

Réjouissons-nous, la générosité et le partage ont donc encore droit de cité. Ne soyons cependant pas naïfs, si les organisations de bénévoles ont pris une telle importance, c’est aussi, en France, pour compenser la carence des pouvoirs publics, à l’international, pour tenter de suppléer au manque criant d’accès au secours et aux soins. A l’aube de cette nouvelle année, il convient d’exprimer notre profond respect à tous les bénévoles qui s’investissent dans les associations agréées de sécurité civile.

Pas seulement à ceux qui, courageux et volontaires, parcourent le monde pour secourir les victimes de catastrophes, mais aussi à ceux qui assurent au quotidien notre secours de proximité.

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X