Secouriste Magazine n°08 est disponible

Le numéro 8 de Secouriste Magazine est à présent disponible en version papier et numérique.

Sommaire

DÉCRYPTAGE

Actus :

  • Toute l’actualité et les rendez-vous du secourisme

Médias :

  • Livres, bandes dessinées, Web, courrier des lecteurs

Reportage :

  • CTRA Annecy : une régulation interservices

Pour ou contre :

  • La prise automatisée des constantes

Interview :

  • Daniel Lucci, président de la FNRASEC

PROFESSION SECOURISTE

Une garde avec… :

  • La Croix-Rouge de Bruxelles

Secouristes du monde :

  • Belgique : un système bien rodé

Portrait :

  • Xavier Pain : la complicité au service du secours

Formation :

  • SNSM : un simulateur de navigation dernier cri

Focus :

  • CO BSPP : à l’ère du Grand Paris
  • SITAC : du croquis à la 3D

SST :

  • Trousse de secours : l’essentiel

CAHIER DES EXPERTS

Un geste à la loupe :

  • Le retrait de casque à deux

Au-delà du référentiel :

  • Constantes et automatismes, par le Dr Alain Baert

Chef d’équipe :

  • Le bilan complémentaire, par l’adjudant Pascal Cocault

Psychologie :

  • Le burn-out, par le Dr Didier Cremniter

Juridique :

  • Mort : définitions juridiques, par Antoine Bouriaud

ÉQUIPEMENT

Innovations :

  • L’actualité du matériel de premiers secours

Dossier :

  • Radiocommunications : la vague numérique

Zoom :

  • Projet Descartes : pour une meilleure gestion de crise
  • Cordia : formation incendie pour tous

Petites annonces / Carnets d’adresses / Bonus web

Abonnement

Editorial

Libéralisez le glucomètre

Bien qu’absent des référentiels nationaux, le glucomètre – cet appareil capable de mesurer le taux de sucre dans le sang – s’est d’ores et déjà démocratisé. Sous l’impulsion de leurs médecins référents, les sapeurs- pompiers de nombreux départements et plusieurs associations agréées de sécurité civile l’utilisent. La Brigade de sapeurs-pompiers de Paris vient de décider sa généralisation.

Si quelques rares rigoristes s’obstinent à refuser à des non médecins tout geste dit « invasif », cet outil se révèle de fait sans danger, facile d’emploi et constitue souvent un indicateur décisif dans la prise en charge d’un trouble de la conscience.

N’est-il pas surprenant qu’un secouriste ne puisse pas utiliser le glucomètre sur un diabétique en hypoglycémie qui manipule lui-même cet appareil au quotidien ? N’est-il pas regrettable de faire déplacer une ambulance de réanimation alors qu’une simple dose de sucre aurait permis, en accord avec la régulation médicale, d’éviter que la victime ne sombre dans l’inconscience ?

Le glucomètre n’est pas un gadget. En 2010, l’Académie nationale de médecine s’est d’ailleurs elle-même prononcée pour sa libéralisation. Vous étiez vous- même, chers lecteurs, favorables à cette mesure à 90,2 % lorsque nous vous avons interrogés à ce sujet l’année dernière. A l’heure de la refonte des PSE1 et 2, il est grand temps d’intégrer cet outil moderne.

Nicolas Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X