La FNTAU salue une évolution positive

Dans une période toujours incertaine due à la résurgence du Coronavirus dans certains départements, la Fédération Nationale des Techniciens Ambulanciers Urgentistes (FNTAU) affirme sa gratitude à toutes les ARS, au SAMU, aux ARM et à l’ensemble des sociétés de services ambulanciers engagées auprès des patients atteints par le virus lors de la précédente crise sanitaire.

Alors qu’un plan de 8,1 milliards d’euros a été signé lundi 13 juillet dans le cadre du Ségur de la Santé afin de revaloriser les salaires des personnels hospitaliers, et dans un contexte sanitaire toujours incertain en raison de la résurgence du Coronavirus dans certains départements, la FNTAU a tenu à exprimer sa gratitude à l’ensemble des Agences régionales de santé (ARS), aux SAMU, et aux Assistants de régulation médicale (ARM) ainsi qu’à toutes les sociétés de services ambulanciers engagées auprès des patients atteints par le virus lors de la crise sanitaire. « Si la crise a prouvé l’importance de la régulation médicale dans le cadre du dispositif de l’aide médicale urgente, elle a également eu des effets bénéfiques sur nos relations de professionnels à professionnels », explique Yannick Janeiro, président de la FNTAU. Selon la Fédération, dans le cadre de la crise covid-19, 80 % des missions générées par les appels passés au SAMU – Centres 15 ont été délégués aux services ambulanciers privés qui ont répondu présents. Et alors qu’un rapport de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a pointé une sous-utilisation des moyens pompiers pendant la crise, la FNTAU par la voix de son président se fait l’écho d’une bonne entente avec les autres acteurs. « Le rapport négatif dont la presse s’est emparée ne reflète en rien les performances et la réalité de ce qu’ont traversé les services ambulanciers de l’urgence préhospitalière et beaucoup de sapeurs-pompiers en France qui demeurent des effectifs complémentaires. » Et de conclure : « pour la FNTAU, ainsi que pour les ambulanciers de l’urgence préhospitalière et leurs partenaires du dispositif de l’aide médicale urgente, la crise Covid-19 a prouvé qu’il est devenu impératif de réorganiser tout le système de santé de la médecine d’urgence pour pouvoir faire face à tout type de situation de crise sans que cela ne fragilise le système de santé publique, privée et l’économie de notre pays. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
X